Les pionnières de la danse contemporaine au Québec : Françoise Riopelle (2/3)

Apprenez-en davantage sur l'histoire de la danse contemporaine au Québec, ainsi que sur ses pionnières. Françoise Sullivan, Françoise Riopelle et Jeanne Renaud ont profondément marqué l'art chorégraphique à travers leur vision et démarche novatrices. Elles ont instauré une rupture sans retour dans le paysage de la danse contemporaine au Québec.


Partez ici à la rencontre de Françoise Riopelle, épouse de Jean-Paul Riopelle, qui souhaite à travers la danse « créer une peinture en mouvement »


FRANÇOISE RIOPELLE


Née en 1927 à Montréal, Françoise Riopelle signe le manifeste automatiste à titre de jeune épouse de Jean-Paul Riopelle. À cette époque, elle ne travaille pas encore dans le monde de la danse professionnelle bien qu'elle ait déjà suivi contre le gré de ses parents quelques cours de ballet avec Morenoff et d'autres, en danse moderne, avec Elizabeth Leese.

Françoise Riopelle, portrait

Son premier contact avec la danse, ce sont des livres techniques sur le ballet classique qu'elle empreinte à la Bibliothèque nationale et grâce auxquels elle pense apprendre à danser toute seule.


C'est en Europe, durant les longues années d'exil de Jean-Paul Riopelle (entre 1946 et 1958), qu'elle s'initie vraiment aux techniques de danses contemporaines en suivant des stages auprès de Wigman, de Karin Waehner et de Laura Sheleen.


Ayant commencé tardivement à étudier la danse, Françoise Riopelle ne fera pas carrière comme interprète. Elle est davantage intéressée par le métier de chorégraphe. Elle vit ses premières expériences multidisciplinaires en France avec Jeanne Renaud, elle aussi à Paris, ainsi qu'avec Jean-Paul Riopelle et Pierre Mercure.


La danse attire Françoise Riopelle en raison de son rapport possible avec la peinture. À travers la danse, Françoise cherche à créer une peinture en mouvement.


Lorsqu'elle revient au Québec en 1958, elle fonde l'École de danse de Françoise Riopelle et convainc Jeanne Renaud de renouer avec la danse comme interprète, professeure et chorégraphe. Plus tard, leur association donnera naissance au Groupe de danse moderne de Montréal.


Riopelle a une approche chorégraphique abstraite et géométrique. Elle ne travaille pas pour exprimer un sentiment mais pour créer un dessin et écrire dans l'espace. Le spectacle consiste en l'intégration de plusieurs arts qui créent un impact global. Les danses sont des sculptures en mouvement, comme le démontrent ces titres révélateurs : Danse d'objets (1960), Manipulations (1962), Sphères (1964) et Formes disponibles (1965). Riopelle exploite l'invention technologique pour la mettre au service des arts d'interprétation dans des spectacles multidisciplinaires où la gestuelle en elle-même n'a pas une grande importance. La projection d'images, de couleurs et de formes géométriques transforme les danseurs en objets d'art mobiles. Le fond sonore est souvent une musique électro-acoustique qui apporte une dimension intellectuelle tout en aidant à recréer un monde de formes abstraites.

Formes disponibles, par Françoise Riopelle © André Le Coz

Photo 1 : à gauche, Nicole Vachon - sur les écrans, Peter Boneham et Yseult Riopelle Photo 2 : Jocelyn Renaud


Le langage chorégraphique de Riopelle s'apparente à la démarche Cunninghamienne et à celle de Nikolaïs. Les pièces sont des improvisations dirigées, basées sur une structure ou une formule ouverte. Riopelle avait auparavant suivi des stages avec Nikolaïs aux États-Unis. Quant à son association avec Cunningham, elle remonte au Festival de musique actuelle organisé par Pierre Mercure à Radio-Canada, lors duquel John Cage et Merce Cunningham avait présenté un spectacle télévisé.


Jean-Paul, Françoise et Yseult Riopelle © Maurice Perron

En 1966, Françoise Riopelle chorégraphie l'opéra Toi, sur une musique de Murray Schaeffer. Comme interprètes, elle choisit Carolyn Brown, danseuse chez Cunningham, ainsi que sa propre fille Yseult Riopelle, qui ira peu après danser au sein de la compagnie du chorégraphe américain pendant trois ans.


Riopelle devient professeure à la section théâtre de l'UQAM dès l'ouverture de cette institution en 1968-1969. À l'université, elle monte des spectacles avec des comédiens plutôt qu'avec des danseurs, ce qui lui fait découvrir l'émotion et la dimension théâtrale dans l'art d'interprétation.




De là naît le groupe Mobiles, formé d'étudiants en théâtre, qui interprètent des œuvres de théâtre gestuel ou de théâtre dansé signées Riopelle.


En 1977, Françoise Riopelle se rapproche du monde de la danse lors d'un Choréchange du Groupe Nouvelle Aire (*1). On y remonte une de ses pièces abstraites à formule chorégraphique ouverte : 1964. Deux ans plus tard, Riopelle est responsable de l'ouverture d'un programme de danse à l'UQAM. Le groupe Mobiles intègre dorénavant des danseurs, en plus des comédiens.


Les dernières œuvres chorégraphiques de Riopelle datent de 1980. Tout autour et dans le fond est créée pour le spectacle Treize chorégraphes pour deux danseurs. Cette œuvre traduit les nouvelles préoccupations de Riopelle : l'élaboration d'une danse ambiante et psychologique où l'abstrait rejoint une certaine émotion.


─────────────────────


*1) Le Groupe Nouvelle Aire (« GNA ») est une compagnie de danse contemporaine fondée à Montréal en 1968. Ce sont deux professeures d'origine française du département d'éducation physique de l'Université de Montréal, Rose-Marie Lèbe et Martine Époque qui sont à l'origine du projet. Parmi les collaborateurs qui se joignent à la nouvelle compagnie se trouve un solide groupe d'étudiants ayant participé à une activité para-universitaire de danse mise sur pied par ces dernières.


─────────────────────

Sources :

DANSER À MONTRÉAL, Germination d'une histoire chorégraphique - Iro Tembeck

Art Canadian Institute Institut de l'Art Canadien

L'Encyclodépie du Canada

  • YouTube - Black Circle
DANSE DANSE

www.dansedanse.ca

2 rue Ste Catherine E, 
H2X 1K4 Montréal, QC

Tél : (514) 848-0623

E-mail :  info@dansedanse.ca

S'ABONNER AU BULLETIN
notre infolettre hebdomadaire

© 2020, par Créateur en Mouvement